en s'enfonçant dans la forêt

à ma mère

ces images donnent à voir la force, la fragilité et la fugacité des souvenirs qui se glissent,
émergent, disparaissent, tour à tour présents dans une puissance d’évocation, vacillants
dans leur passage incertain ou tapis dans les zones obscures de la mémoire. Ils viennent et
vont, s’accrochant à des couleurs, des lumières d’un jour, des visages dont les contours se
floutent au fil du temps, des sensations qui affleurent dans une remontée soudaine
d’émotions Ce sont des tracés au sable sur la surface soufflée de ma mémoire qui dessinent
des lignes s’estompant avec le passage des lendemains.